Dans Romains 14, Paul abolit-il la loi relative aux viandes pures et impures ?

On prétend parfois que Romains 14 abolit la loi sur les viandes pures et impures énoncée  dans  Lévitique 11:1-47  et  dans  Deutéronome 14:3-21. Est-ce le cas ?

Le contexte

Pour commencer, examinons le contexte. Le quatorzième chapitre de l'Épître de Paul aux Romains débute par une déclaration indiquant que plusieurs, dans l'Église, souhaitaient être végétariens : « Faites accueil à celui qui est faible dans la foi, et ne discutez pas sur les opinions. Tel croit pouvoir  manger  de  tout : tel autre, qui est faible, ne mange que des légumes » (versets 1-2).

On remarque, à la lecture de ce passage, que l'objet de ces discussions divisant les membres n'était pas de la plus haute importance. On y parle de végétarisme (sujet qui n'est pas traité dans l'Ancien Testament). On est en droit  de  se  demander  si  l'apôtre  Paul  aurait  qualifié d'opinions  ou de questions douteuses des lois de l'Ancien Testament.

Mais surtout, l'on doit se demander qu'est-ce qui pouvait bien inciter tel ou tel croyant, au 1er siècle, à devenir végétarien. La viande, à l'époque, coûtait cher et était un mets convoité dans le régime des gens, contrairement à notre époque où elle est généralement plus abordable et est assez souvent consommés, du moins en Occident.

Un autre chapitre, ailleurs dans les écrits de Paul, traitant essentiellement du même sujet, nous aide à mieux comprendre ce passage de Romains 14. Il s'agit de 1 Corinthiens 8. Dans ce dernier, Paul parle également de chrétiens ayant décidé d'éviter la consommation de viande. Et cette fois, les raisons d'un tel choix sont ouvertement énoncées : Au 1er siècle, souvent, les viandes qui avaient été sacrifiées à des idoles étaient vendues au marché, une fois le sacrifice offert.

Paul explique ici, dans 1 Corinthiens 8, «qu’il n’y a point d’idole dans le monde» (verset 4), mais que si un frère est offensé quand on lui offre de la viande ayant été offerte en sacrifice à une idole, le frère qui est plus fort dans la foi ne devrait pas être pour lui une pierre d'achoppement, devrait preuve de sagesse, ne pas forcer l'autre à en manger, et s'abstenir lui-même d'en manger (versets 7, 9-13).

Des viandes sacrifiées à des idoles et des offenses à éviter

C'est en ayant présent à l'esprit ce qui est écrit dans 1 corinthiens 8 qu'on devrait comprendre Romains 14. Le commentaire biblique des Adventistes du Septième Jour explique ce passage comme suit :

« Dans 1 Corinthiens 8, le problème entre le frère faible et le frère fort [en la foi] en matière de régime est abordé. L'Épître aux Corinthiens fut rédigée moins d'un an avant celle aux Romains. Il serait raisonnable d'en conclure que dans 1 Corinthiens 8 et dans Romains 14, Paul traite essentiellement du même problème. Dans Corinthiens, le problème est identifié, savoir si on a le droit de consommer des viandes sacrifiées à des idoles. D'après l'ancienne pratique, les prêtres païens se livraient à un important commerce de viandes sacrifiées à des idoles. Paul expliqua aux croyants de Corinthe... qu'étant donné qu'une idole n’est rien dans le monde, il n'y avait aucun mal à consommer des mets leur ayant été consacrées... Probablement que, par crainte d'offenser des frères en faisant ainsi, certains chrétiens s'abstenaient entièrement de viandes – leur alimentation étant, de ce fait, limitée à la consommation de  "légumes" (voir Romains 14:2)». (Vol. 6, p 634-635). 

Paul résume ainsi sa pensée : «Ne nous jugeons donc plus les uns les autres ; mais pensez plutôt à ne rien faire qui soit pour votre frère une pierre d’achoppement ou une occasion de chute » (Romains 14:13).

Un autre mot traduit par « impur »

Paul précise sa pensée en ces termes : « Je sais et je suis persuadé par le Seigneur Jésus que rien n’est impur en soi, et qu’une chose n’est impure que pour celui qui la croit impure » (verset 14). Le mot traduit ici en français par « impur(e) » n'est pas akathartos – le mot grec généralement utilisé pour « viandes impures » – mais koinos, un mot mieux traduit en français par commun ou ordinaire ou souillé, (mais qui l’est parfois à tort par impur), et qui décrivait parfois une créature qui était morte naturellement, sans avoir été rituellement abattue ni saignée.

Le contexte de ce passage indique qu'il ne s'agit pas ici d'aliments déclarés cérémoniellement communs ou souillés dans la Bible, mais d'aliments considérés comme souillés dans l'esprit des chrétiens. «  Je sais et je suis persuadé par le Seigneur Jésus que rien n’est impur [koinos] en soi, et qu’une chose n’est impure que pour celui qui la croit impure.  Mais si, pour un aliment, ton frère est attristé, tu ne marches plus selon l’amour : ne cause pas, par ton aliment [broma, mot grec pour aliment, et non pour viande], la perte de celui pour lequel Christ est mort » (versets 14-15).

Paul explique par la suite : «Pour un aliment, ne détruis pas l’œuvre de Dieu. A la vérité toutes choses sont pures ; mais il est mal à l’homme, quand il mange, de devenir une pierre d’achoppement » (verset 20). Il est clair que pour Paul, tout n'était pas pur, dans un sens général, certains végétaux  (comme certains champignons) étant vénéneux, et certaines chairs (comme celle des lézards) n'étant guère appétissantes pour bien des gens et étant – selon la Bible – impropres à la consommation. Ces versets doivent être lus dans leur contexte et compris comme d'importance secondaire, de peu de conséquence en eux-mêmes, excepté quand il y a danger d'offense.

Paul résume ensuite sa pensée en ces mots : « Il est bien de ne pas manger de viande [en grec kreas : chair animale], de ne pas boire de vin, et de s’abstenir de ce qui peut être pour ton frère une occasion de chute, de scandale ou de faiblesse » (verset 21). En d'autres termes, si vous avez besoin de vous abstenir de viande, ou d'éviter l'alcool, ou de faire quoi que ce soit pour ne pas offenser un frère, faites-le !

On s'aperçoit, après un honnête examen de ces passages, que Romains 14 traite de questions pratiques en matière de régime, dans le monde païen gréco-romain, et que ce chapitre n'a rien à voir avec l'abolition de la loi sur les viandes pures et impures.

Si vous avez d'autres questions qui ne sont pas traitées dans le cadre de nos Question et réponses bibliques, n'hésitez pas à nous les envoyer à info@eddam.org. Nos ministres chargés de la correspondance se feront un plaisir d'y répondre de leur mieux.

La Bible à propos de...