Est-il question, dans Genèse 6, de mariages entre des anges et des femmes ?

Dans Genèse 6:1-4, il est écrit : « Lorsque les hommes eurent commencé à se multiplier sur la face de la terre, et que des filles leur furent nées, les fils de Dieu virent que les filles des hommes étaient belles, et ils en prirent pour femmes parmi toutes celles qu’ils choisirent. Alors l’Eternel dit : Mon Esprit ne restera pas à toujours dans l’homme, car l’homme n’est que chair, et ses jours seront de cent vingt ans.  Les géants étaient sur la terre en ces temps-là. Il en fut de même après que les fils de Dieu furent venus vers les filles des hommes, et qu’elles leur eurent donné des enfants : ce sont ces héros qui furent fameux dans l’antiquité ».

On prétend qu'il est ici question d'anges se mariant avec des femmes, et leur faisant des enfants. Est-ce bien le cas ?

Deux remarques s'imposent, quand on examine ce récit : 1) Il y est question de « fils de Dieu » se sentant attirés par des « filles des hommes » (verset 2) parmi lesquelles ils prennent pour eux des femmes. 2) Il est clair que ce qu'ils font déplaît à Dieu (versets 5 à 7) et que c'est l'une des raisons pour lesquelles l'Éternel provoque le déluge.

D'après Jésus, les anges ne se marient pas

Le Christ a précisé que les anges ne peuvent pas se marier avec des humains, avoir des rapports sexuels avec eux, et procréer. Notez bien ce qui est écrit : « À la résurrection, les hommes ne prendront point de femmes, ni les femmes de maris, mais ils seront comme les anges de Dieu dans le ciel » (Matthieu 22:30 ; Luc 35:36).  Autrement dit, les anges ne sont pas des êtres sexués et, par conséquent, ne se marient pas et n'ont pas d'enfants. Ils ne le peuvent pas. Notez bien, en outre, qu'au verset 4 de Genèse 6, il est précisé qu'il s'agit de héros ou – comme l'indiquent certaines versions –                    « d'hommes célèbres », d'«hommes de renom », « d'hommes fameux » ou de « gens de renom ».

S'il est vrai que, dans certains cas, dans la Bible, l'expression « fils de      Dieu » ou « enfants de Dieu »  s'applique à des anges (Job 1:6, 2:1, 38:7), ce n'est pas toujours le cas. Il peut être question d'êtres humains – en l'occurrence de membres de l'Église de Dieu du Nouveau Testament (Romains 8:14, 19, Philippiens 2:15, Hébreux 12:7-8, 1 Jean 3:1-2).

La lignée de Seth et celle de Caïn

De quoi est-il question dans Genèse 6:1-4 ?  Diverses explications ont été proposées. Nous en retiendrons deux.

On prétend par exemple qu'il est question, dans ce passage, d'hommes de la lignée de Seth se mariant avec des femmes de la lignée de Caïn. Les partisans de cette explication trouvent des indices en ce sens dans le contexte décrit avant Genèse 6. Très tôt dans l'histoire humaine, le premier-né d'Adam – Caïn — assassine son frère Abel né après lui (Genèse 4). Par la suite, un autre fils naît à Adam et Ève : Seth, qui – après le meurtre d'Abel – est reçu comme un cadeau spécial de la part de l'Éternel (Genèse 4:25). Dans le contexte de la lignée de Seth, on remarque que « C’est alors que l’on commença à invoquer le nom de l’Eternel » (verset 26). Il semble donc que la lignée de Seth se soit davantage intéressée aux choses de Dieu, contrairement à celle, méchante, de Caïn – le premier meurtrier dans l'histoire.

La généalogie de Genèse 5 ne mentionne qu'une lignée issue d'Adam : celle de Seth. De plus, cette liste généalogique met l'accent sur le fait qu'Adam fut créé à l'image de Dieu (verset 1), tandis que Seth fut créé à l'image d'Adam (verset 3). De ce fait, Seth était un « fils de Dieu ». Par contre, le Nouveau Testament décrit Caïn – le premier meurtrier – comme étant « du malin » ou l'un des « enfants du diable » (1 Jean 3:10-12).

Dans cette explication, ces deux hommes et leurs descendants représentent, spirituellement parlant, deux opposés. Une de ces lignées, celle de Seth (celle des « fils de Dieu » dans cette explication) semble davantage s'intéresser aux choses de Dieu, alors que l'autre lignée – celle de Caïn – est méchante, ayant comme ancêtre un meurtrier. Les « filles des hommes », dans cette explication, étaient apparemment des jeunes femmes de la lignée de Caïn.

La New International Encyclopedia of Bible Difficulties [ La Nouvelle Encyclopédie Internationale de Passages bibliques ardus ], de Gleason Archer s'oppose à l'idée que les « fils de Dieu » de Genèse 6 ait été des anges, et souscrit à cette alternative : « Les passages où [l'expression       "fils de Dieu"] s'applique à des hommes impliqués dans une alliance avec Dieu sont aussi nombreux, dans l'Ancien Testament, que ceux s'appliquant à des anges (se reporter à Deutéronome 14:1, 32:5, Psaumes 73:15, Osée 1:10 [MT=2:1] – et, à notre avis, à Genèse 6:2). Les raisons nous poussant à croire que Genèse 6:2 s'applique à des membres de la famille de l'alliance, aux descendants de la lignée de Seth, sont plutôt indiscutables » (1982, p 79).

Autre explication: un problème de violence

On explique aussi ce passage en disant que ces puissants héros prirent les femmes dont ils eurent envie, sous-entendu : de force. Selon cette explication, le moyen violent dont ces choix furent faits serait à l'origine de la fureur divine.

The Complete Word Study Bible [La Bible d'étude complète des mots] a ceci à dire à propos de Genèse 6:1-4 : « Des fouilles archéologiques récentes indiquent que l'expression "fils de Dieu" était parfois employée pour décrire des rois (Exode 21:6, 22:8, Psaumes 82:6-7). Par conséquent, lorsqu'il est question de "fils de Dieu", il est question de rois humains immoraux profitant de leur pouvoir pour prendre autant de femmes différentes dont ils ont envie. Il importe de noter que l'Écriture n'appelle jamais "divinités" (ou "dieux") des dirigeants humains. Cette théorie s'appuie sur la supposition que les "géants" du verset 4 sont issus de l'union décrite dans les versets précédents. Le mot "géants" provient de la traduction des Septante du mot hébreu Nephilim ("les déchus") qui dérive du mot naphal signifiant "chuter". Il est souvent lié à la violence et, de ce fait, est souvent traduit par "renversé, subjugué". Le terme en question met l'accent sur leur violence et leur manque de respect pour les autres ».

Si ces « héros » et ces « hommes de renom », etc. opprimaient les gens, cela refléterait l'état des hommes s'étant corrompus et étant violents (Genèse 6:11-12). Ce mot est aussi employé pour décrire Nimrod, qui était méchant, qui était «  puissant sur la terre » (Genèse 10:8-8).  

Le KJV Bible Commentary [Le Commentaire Biblique de la Version du Roi Jacques] offre 9 raisons appuyant cette conclusion pour Genèse 6, notamment :

« Il est fort possible que l'expression "fils de Dieu" s'applique aux hommes comme Lémec, dans Genèse 4:23,  qui étaient les dirigeants de l'époque et qui étaient excessivement méchants et violents. D'un point de vue global, ces individus étaient des dirigeants de villes-États, des rois, des cheiks, des despotes et des tyrans. Raisons : ... (5) L'archéologie atteste  le fait qu'un roi au Proche-Orient était souvent appelé par le nom de son dieu  (note: fils de Re...) ; (6) les fils, au verset 4, sont décrits comme "ces héros qui furent fameux dans l’antiquité", sous-entendant qu'ils se firent un nom, une réputation. Pensez à Nimrod, fondateur d'une cité, "puissant sur la terre » (Genèse 10:8) et "vaillant chasseur devant l’Eternel" (verset 10). De plus, à Babel, l'idée était  "faisons-nous un nom" (Genèse 11:4), ou une réputation; ... et (9) les nephilim, en arabe, sont des princes nés dans des maisons royales.

« Ce point de vue est celui qui fait le plus honneur à une méthode d'interprétation littérale, grammaticale et historique et aux données de l'exégèse; de plus, de toutes les explications, c'est celui qui pose le moins de problèmes. Il s'agirait donc des fils de Dieu, de ces héros, des soldats et des membres de l'aristocratie, qui auraient pratiqué la violence et se seraient battus dans le monde » (Logos Library System, 1997).

Il semble que les « héros » de Genèse 6 aient été des guerriers ayant pris de force des femmes pendant leurs violentes campagnes et leurs méchantes conquêtes.

En somme

Nous ignorons laquelle de ces explications (et même d'autres) est la bonne, mais comme nous l'avons vu plus haut, d'après le Christ, il ne saurait être question, dans Genèse 6, de procréation entre des anges et des femmes.

Si vous avez d'autres questions qui ne sont pas traitées dans le cadre de notre rubrique Questions et réponses bibliques, n'hésitez pas à nous les envoyer à info@eddam.org. Nos ministres chargés de la correspondance se feront un plaisir d'y répondre de leur mieux.

La Bible à propos de...