Est-il question, dans Hébreux 4:9, du respect du sabbat ?

On  s'interroge  parfois  sur  la  signification  de  Hébreux 4:9  où  il est écrit : « Il y a donc un repos de sabbat réservé au peuple de Dieu ». On s'interroge sur la signification du mot grec sabbatismos traduit en français par « repos » ou « repos de sabbat » ou « repos sabbatique » selon les versions.

Un repos physique

L'auteur de l'Épître aux Hébreux se sert, de plusieurs manières, de l'idée de repos dans les chapitres 3 et 4. Il est d'abord question de repos (en grec : katapausis) lorsqu'il est question du repos physique que les anciens Israélites devaient recevoir, après avoir erré 40 ans dans le désert, en entrant dans la Terre Promise (Hébreux 3:7-11). La raison pour laquelle les Israélites qui furent libérés de leur captivité en Égypte ne connurent pas de repos est qu'ils se rebellèrent ouvertement contre Dieu. Cette « rébellion » (versets 8 et 15), et ce « jour de la tentation dans le désert » (verset 8) font allusion à leur refus de prendre possession de la Terre Promise après que 10 des 12 espions envoyés pour observer le pays aient donné des rapports négatifs de leur expédition de reconnaissance (Nombres 14:1-38).

Se  remémorant  cette  période sombre dans l'histoire d'Israël, Dieu avait dit : « Je leur donnai aussi mes sabbats comme un signe entre moi et eux, pour qu’ils connaissent que je suis l’Eternel qui les sanctifie. Et la maison d’Israël se révolta contre moi dans le désert. Ils ne suivirent point mes lois, et ils rejetèrent mes ordonnances, que l’homme doit mettre en pratique, afin de vivre par elles, et ils profanèrent à l’excès mes sabbats. J’eus la pensée de répandre sur eux ma fureur dans le désert, pour les anéantir » (Ézéchiel 20:12-13). Ce qu'il importe de remarquer en lisant ce passage, c'est que la transgression du sabbat faisait partie de la grande rébellion de ces gens-là.

Un repos de sabbat

Le mot « repos » (en grec : katapauo) est aussi utilisé dans cette partie des Écritures pour décrire le respect du sabbat. Comme il est écrit dans Hébreux 4:4, « Il a parlé quelque part ainsi du septième jour : Et Dieu se reposa de toutes ses œuvres le septième jour ».

Un repos spirituel

L'auteur de l'Épître aux Hébreux se sert également du mot repos (en grec : katapausis) pour décrire une relation future avec l'Éternel, Dieu déclarant : « Pour nous qui avons cru, nous entrons dans le repos » (Hébreux 4:3). Il précise ensuite à propos de ce repos, qu'« il est encore réservé à quelques-uns d’y entrer » (verset 6).

D'avis que ce repos décrit une relation future avec Dieu, on en a conclu – à tort – que le repos (en grec : sabbatismos) de Hébreux 4:9 n'a aucun rapport avec le sabbat. Comme nous venons de le voir, cette interprétation ne tient aucun compte de la référence sans équivoque de l'auteur à ce commandement.

Tout en expliquant qu'il existe un repos futur que les chrétiens peuvent avoir avec Dieu, l'auteur établit le rapport entre le sabbat et ce repos, précisant : « Pour nous qui avons cru, nous entrons dans le repos, selon qu’il dit: Je jurai dans ma colère : Ils n’entreront pas dans mon repos ! Il dit cela, quoique ses œuvres eussent été achevées depuis la création du monde.  Car il a parlé quelque part ainsi du septième jour : Et Dieu se reposa de toutes ses œuvres le septième jour » (Hébreux 4:3-4).

Adam Clarke, dans son commentaire d'Exode 20:8 sur le sabbat, a écrit : « C'est un type du repos dans lequel doit entrer le peuple de Dieu et, à la lumière de ceci, apparemment, il est évident que cela, l'apôtre en était nettement conscient ; Hébreux 4... Certains, présomptueux, en ont conclu qu'il n'existe pas de sabbat sous le système chrétien. Or, à vrai dire, le sabbat représente un type. Tout type garde sa force jusqu'à ce que ce qu'il préfigure ait eut lieu. Mais ce qui est signifié par le sabbat, c'est ce repos dans la gloire dans lequel doit entrer le peuple de Dieu ; par conséquent, l'obligation morale relative au sabbat doit subsister jusqu'à ce que le temps soit englouti dans l'éternité » (Adam Clarke's Commentary).

Le sens de sabbatismos

Dans son commentaire d'Hébreux 4:9, Albert Barnes écrit à propos de sabbatismos que cela signifie « respect du sabbat » ou « observance du sabbat ». Le sens de Hébreux 4:9 est donc : « Le peuple de Dieu doit donc respecter le sabbat ». Les chrétiens, de nos jours, doivent continuer d'observer le sabbat, car il pointe vers leur repos dans le Royaume de Dieu. Ce respect hebdomadaire du sabbat nous rappelle cette glorieuse espérance.

Le verset 10 sous-entend le respect du sabbat : « Car celui qui entre dans le repos de Dieu se repose de ses œuvres, comme Dieu s’est reposé des siennes ». Notons que si nous voulons avoir une relation avec Dieu, nous avons besoin de L'imiter. Christ observait le sabbat (Luc 4:16), et il est écrit que nous devrions nous-mêmes « marcher aussi comme il a marché lui-même » (1 Jean 2:6).

Le mot sabbatismos n'apparaissant nulle part ailleurs dans le Nouveau Testament, on en a déduit, à tort, que l'auteur de l'Épître aux Hébreux a inventé ce mot et qu'il revêt un sens spirituel différent du respect du sabbat. Or, plusieurs écrits séculiers du 1er siècle de notre ère confirment son usage et son sens, comme expliqué ci-dessus.

D'après le Pr Andrew T. Lincoln : « L'usage de sabbatismos ailleurs dans la littérature grecque en notre possession fournit une indication plus exacte de son sens. Ce mot est employé par Plutarque dans De Superstitione 3, Moralia 166A, à propos de l'observance du sabbat. Il est en outre employé à quatre reprises dans la littérature postcanonique, en dehors de Hébreux 4:9. Il s'agit de Justin, Dialogue avec Tryphon 23:3 ; d'Épiphanius, Adversus Haereses 30:2:2 ; de Martyrium Petri et Pauli 1; et des Constitutions Apostoliques 2:36:2. Dans chacune de ces références, le terme [sabbatismos] dénote l'observance ou le respect [célébration] du sabbat. Cet usage correspond à l'usage, dans la Septante, du verbe apparenté sabbatizo (voir Exode 16:30 ; Lévitique 23:32 ; 26:34 ; 2 Chroniques 36:21) qui a trait également au respect du sabbat. Ce que l'auteur de l'Épître aux Hébreux veut dire, c'est que depuis l'époque de Josué, l'observance du repos du sabbat demeure » (Sabbath, Rest & Eschatology in The New Testament, From Sabbath to Lord's Day [Sabbat, repos et eschatologie dans le Nouveau Testament, du sabbat au Jour du Seigneur], ed. D.A. Carson, 1982, p.213).

Si vous avez d'autres questions qui ne sont pas traitées dans le cadre de nos Questions et réponses bibliques, n'hésitez pas à nous les envoyer à info@eddam.org. Nos ministres chargés de la correspondance se feront un plaisir d'y répondre de leur mieux.

La Bible à propos de...