Est-on autorisé à déclarer « saints » certains jours ?

Les chrétiens ont toujours été libres d'obéir ou de désobéir à Dieu, et libres de prier, d'étudier la Bible, de jeûner et de méditer ou non. À propos des choix relatifs au végétarisme et au jeûne, l'apôtre Paul a écrit : « Tel fait une distinction entre les jours ; tel autre les estime tous égaux. Que chacun ait en son esprit une pleine conviction. Celui qui distingue entre les jours agit ainsi pour le Seigneur. Celui qui mange, c’est pour le Seigneur qu’il mange, car il rend grâces à Dieu ; celui qui ne mange pas, c’est pour le Seigneur qu’il ne mange pas, et il rend grâces à Dieu » (Romains 14:5-6). Nous jouissons d'une certaine liberté dans de nombreux domaines.

En revanche, notre libre choix dans nos rapports avec Dieu ne nous autorise pas à décider quels jours de l'année sont « saints » pour Dieu. Bien que nous soyons libres de décider quand nous livrer  à  certaines activités spirituelles, c'est à Dieu – et non à nous autres, humains – qu'il incombe de décider quels jours sont « saints » à Ses yeux.

Les directives divines                                                                     

Dieu,  lorsqu'Il  communiqua  Ses  fêtes  à  l'ancien  Israël,  dit  à Moïse : «  Parle aux enfants d’Israël, et tu leur diras : Les fêtes de l’Eternel, que vous publierez, seront de saintes convocations. Voici quelles sont mes fêtes... Voici les fêtes de l’Eternel, les saintes convocations, que vous publierez à leurs temps fixés » (Lévitique 23:2, 4). Le premier des jours saints désignés par Dieu Lui-même est le sabbat hebdomadaire. Comme l'Éternel le précise : « On travaillera six jours ; mais le septième jour est le sabbat, le jour du repos : il y aura une sainte convocation. Vous ne ferez aucun ouvrage : c’est le sabbat de l’Eternel, dans toutes vos demeures » (verset 3).

Le sabbat hebdomadaire (le samedi) et les jours saints se ressemblent en ce sens que tout travail y est proscrit (Lévitique 23:3, 7, 8, 21, 25, 28, 35, 36). Ils s'observent d'un coucher du soleil à l'autre.

Beaucoup se sont imaginés, à tort, que puisqu'il n'existe aucune différence notoire entre un jour désigné « saint » par Dieu et n'importe quel autre jour, les humains ont le droit de décider quand L'adorer lors de célébrations spéciales « en Son honneur ».

Ayant adopté ce genre de raisonnement, bien des croyants aujourd'hui estiment qu'il suffit simplement de choisir un jour sur sept lors duquel rendre un culte à leur Créateur. Cette manière erronée de raisonner ne tient aucunement compte du fait que l'Éternel a précisé quelles dates tombent les jours qu'Il a désignés comme jours de culte. Il n'a jamais dit « Choisissez l'un des sept jours de la semaine » ou « Choisissez sept jours par an, conformes à votre propre emploi du temps, et faites-en des jours saints » ou « À vous de décider quels jours vous préférez m'adorer » !

Si Dieu avait décidé de confier aux êtres humains la prérogative de modifier les dates de Ses fêtes ou de choisir eux-mêmes les jours où L'adorer, Il Se serait arrangé pour que ce soit précisé dans la Bible. Or, Il ne l'a pas fait. Il a clairement précisé quelles dates [dans Son calendrier sacré ] tombent Ses jours saints, insistant sur le fait qu'il s'agit de Ses jours à Lui, et expliquant comment les célébrer.

L'Éternel expliqua notamment aux enfants d'Israël que le sabbat devait être observé même pendant les labours et les moissons – périodes critiques pour les agriculteurs (Exode 34:21). De plus, ceux qui transgressaient le sabbat devaient être mis à mort (Exode 35:2). Bien que ce commandement ne soit pas respecté de nos jours, cela montre l'importance que Dieu plaçait – et continue de placer – sur ce jour.

À propos du Jour des Expiations (l'un des jours saints de Dieu), il est écrit : «  Toute personne qui ne s’humiliera pas ce jour-là sera retranchée de son peuple. Toute personne qui fera ce jour-là un ouvrage quelconque, je la détruirai du milieu de son peuple » (Lévitique 23:29-30).

L'exemple de l'ancien Israël

En dépit des directives précises désignant clairement les jours déclarés « saints » par Dieu, les anciens Israélites essayèrent d'établir leurs propres jours de culte, ce qui eut de tragiques conséquences.

Historiquement, les enfants d'Israël déshonorèrent Dieu en refusant de célébrer Ses jours saints, désignant leurs propres jours de culte ressemblant aux Siens mais pratiquant le syncrétisme – c'est-à-dire mélangeant le culte de l'Éternel avec les pratiques païennes d'autres nations – et pratiquant ouvertement l'idolâtrie (Jérémie 17:21-23, 27 ; Exode 32:1-5 ; 1 Rois 12:32-33 ; Sophonie 1:4-6). À cause de ces péchés, Dieu ne S'interposa pas quand Israël et Juda furent emmenés en captivité.

À propos de la consécration de certains jours, il importe également de noter ce qui suit dans le commandement du sabbat : «   Souviens-toi du jour du repos, pour le sanctifier » (Exode 20:8). Dieu indique clairement que nous devons respecter ce jour précis en en faisant non pas un jour de notre choix mais en le célébrant comme un jour « saint » ou sacré, ou sanctifié. C'est à Dieu et non à l'homme que revient la prérogative de décider quels jours de l'année sont des jours « saints » ! (Pour  de  plus  amples détails  sur  ce  sujet,  consulter  notre  brochure  gratuite  intitulée « La différence entre jours fériés et jours saints bibliques »).

Si vous avez d'autres questions qui ne sont pas traitées dans le cadre de nos Questions et réponses bibliques, n'hésitez pas à nous les envoyer à info@eddam.org. Nos ministres chargés de la correspondance se feront un plaisir d'y répondre de leur mieux.

La Bible à propos de...