La Bible interdit-elle la contraception ?

La Bible ne se prononce pas directement sur ce sujet, mais elle nous fournit des principes à appliquer pour prendre de bonnes décisions en ce domaine.

Quel était le péché d'Onan ?

Reportons-nous en premier à un passage de l'Écriture dont on se sert souvent pour essayer de prouver qu'il est mal de pratiquer la régulation des naissances. Dans Genèse 38:6-10, Dieu ôte la vie à un certain Onan pour avoir agi de manière à ce que sa femme ne puisse pas concevoir. C'est du moins l'impression qu'on a quand on lit ce passage sans étudier son contexte et sans y réfléchir. De prime abord, il semblerait que Dieu interdise la contraception. Néanmoins, quand on examine attentivement le contexte, on est mieux à même de comprendre ce dont il est ici question.

La femme d'Onan était l'ancienne veuve de son défunt frère. Cette femme et son premier mari [le frère d'Onan] n'avaient pas eu d'enfants. La loi, à l'époque, exigeait qu'un frère du défunt épouse la veuve et lui engendre un héritier pour que les biens du disparu ne soient pas dissipés (Deutéronome 25:5-6). Le contexte de Genèse 38 indique qu'Onan refusa, par égoïsme, de donner un héritier à son frère disparu. Plutôt que de s'ériger contre ladite loi, il fit semblant de s'y conformer, mais fit en sorte que sa femme ne puisse concevoir, en pratiquant le coït interrompu.

C'est pour sa tromperie, sa rébellion et son égoïsme qu'Onan mourut, et non par un simple souci de sa part de pratiquer le contrôle des naissances.

Planification et responsabilité

Dieu a créé l'homme et la femme pour qu'ils fondent une famille. Le Psaume 127 exprime ce dessein divin d'une manière poétique : « Voici, des fils sont un héritage de l’Eternel, le fruit des entrailles est une récompense » (verset 3). En s'appuyant sur ce genre de versets, certains disent qu'il est du devoir de l'homme et de la femme d'avoir toute une marmaille plutôt que de pratiquer la régulation des naissances.

La sagesse témoigne du contraire. Si une femme tombait enceinte tous les ans pendant ses années de fertilité, les exigences biologiques encourues pourraient facilement nuire à sa santé ainsi qu’à celle de ses enfants. Dieu veut que nous agissions de manière responsable et équilibrée et que nous fassions preuve de sagesse ; que nous nous surveillions, que nous prenions les précautions nécessaires pour nous maintenir en bonne santé, conscients du fait que le corps du chrétien est le temple du Saint-Esprit (1 Corinthiens 3:16-17).

Il est également dans les intentions divines que chaque foyer puisse subvenir à ses besoins. À propos de la responsabilité du mari, l'apôtre Paul a écrit : « Si quelqu’un n’a pas soin des siens, et principalement de ceux de sa famille, il a renié la foi, et il est pire qu’un infidèle » (1 Timothée 5:8). Un père est généralement en mesure de pourvoir aux besoins de plus d'enfants qu'il ne le doit ; néanmoins, il doit s'assurer qu'il peut subvenir aux besoins physiques, économiques et émotionnels de sa postérité, dans le monde présent.

L'un des principes bibliques à considérer, en matière de contrôle des naissances, est que Dieu Lui-même, à l'heure actuelle, limite la taille de Sa famille. À présent, seul un nombre restreint de personnes est invité à former le groupe des « élus » (c'est-à-dire de ceux qu'Il a appelés et qui ont accepté cet appel) sous la Nouvelle Alliance. Veuillez lire à cet effet Romains 11:7 et Jean 6:44.

Un planning responsable

D'après la Bible, c'est au mari et à la femme qu'incombe la responsabilité de décider, sagement, et de manière responsable, le nombre des enfants qu'ils désirent et qu’ils doivent avoir. C'est cela la planification familiale. Il est permis d’employer des moyens de contraception. Et cette responsabilité est partagée ; elle n'est pas l'apanage uniquement du mari ou de la femme. C'est au couple de décider ce qu'il veut faire.

La Bible ne nous indique pas une méthode précise à adopter en matière de contraception. Les méthodes modernes étaient inconnues lorsque la Bible a été rédigée. Mais l'une de ces méthodes est condamnable aux yeux de Dieu : l'avortement. D'autres méthodes contraceptives sont également à proscrire, car elles s'apparentent aux abortifs ; elles permettent à la fertilisation, ou fécondation, de se produire, puis elles empêchent l'embryon humain de se développer. Ces méthodes sont contraires aux enseignements bibliques qui nous interdisent de supprimer la vie humaine. Il est donc conseillé de bien se renseigner sur la méthode adoptée.  

L'enseignement biblique à propos de l'abstinence

On croit aussi, à tort, que l'abstinence est la manière « chrétienne » de pratiquer la régulation des naissances. Contrairement à cette opinion, la Bible conseille aux époux d'exprimer souvent leur amour réciproque par leur intimité sexuelle (1 Corinthiens 7:1-5). Il importe de noter que les directives divines sont données au mari comme à la femme. Toute activité sexuelle en dehors du mariage, bien qu'on dise souvent qu'il s'agit de « faire l'amour » n'est pas un acte d'amour ; mais plutôt de péché.

Compte tenu des conseils que nous fournit la Bible, y compris celui de planifier sa famille et de subvenir à ses besoins, il s'avère que la régulation des naissances est permise, et même encouragée.

Si vous avez d'autres questions qui ne sont pas traitées dans le cadre de notre rubrique Questions et réponses bibliques, n'hésitez pas à nous les envoyer à info@eddam.org. Nos ministres chargés de la correspondance se feront un plaisir d'y répondre de leur mieux.

La Bible à propos de...