Que faut-il entendre par « expiation » ou « victime propitiatoire » ?

La  Bible  se  sert  de  l'expression  « victime propitiatoire » [ou « propitiation », « propitiatoire » ou  « expiation », selon les versions], à propos du sacrifice de Jésus-Christ pour nos péchés. D'après l'Écriture, l'amende du péché, c'est la mort (Romains 6:23). Jésus-Christ, le Fils de Dieu, vécut sans jamais pécher. Par Sa mort, Il a payé l'amende encourue par nos péchés, afin de nous permettre de recevoir la vie éternelle (Jean 3:16; Éphésiens 2:1-5).

Il est question de cette victime propitiatoire dans des passages comme Romains 3:25 ; Hébreux 2:17 ; 1 Jean 2:2 et 1 Jean 4:10. Quel que soit le terme employé, il est question de la grâce divine par laquelle le sacrifice de Jésus-Christ permet le pardon de nos péchés.

Ce que déclarent ces passages

Romains 3:24-25 met l'accent sur le fait que Dieu, qui est patient a, dans Sa justice, permis que les péchés de ceux qui croient soient pardonnés par l'effusion du sang de Christ, qui était victime expiatoire ; l'expiation a été faite par Son sacrifice : « Ils sont gratuitement justifiés par sa grâce, par le moyen de la rédemption qui est en Jésus-Christ. C’est lui que Dieu a destiné à être par son sang pour ceux qui croiraient victime propitiatoire, afin de montrer sa justice, parce qu’il avait laissé impunis les péchés commis auparavant, au temps de sa patience ».

L'adjectif propitiatoire [qui signifiie qui a pour but de rendre propice] évoque la miséricorde divine, comme c’est le cas dans Hébreux 9:5 où le même mot original grec est traduit par le mot propitiatoire – un substantif. Ici il est question de la partie recouvrant l'arche de l'Alliance, symbolique du trône de Dieu qui est source de miséricorde (Hébreux 4:16). Lire également Exode 25:17-22.

Une légère variation du terme original grec est aussi utilisée dans la parabole du publicain qui implore le pardon divin : « O Dieu, sois apaisé envers moi, qui suis un pécheur » (Luc 18:13).  

Le terme expiation (ou propitiation ou pardon, selon les versions) est aussi utilisé dans Hébreux 2:17. Ce verset explique que l'expérience de Jésus, en tant qu'homme, L'a préparé à Son rôle de Souverain sacrificateur devant être offert en sacrifice pour le pardon ou la propitiation de nos péchés : « Il a dû être rendu semblable en toutes choses à ses frères, afin qu’il soit un souverain sacrificateur miséricordieux et fidèle dans le service de Dieu, pour faire l’expiation des péchés du peuple ».

Dans 1 Jean 2:1-2, nous voyons que c'est par le sacrifice d'expiation (ou de propitiation) de Jésus que tous les péchés de l'humanité peuvent être effacés : « Si quelqu’un a péché, nous avons un avocat auprès du Père, Jésus-Christ le juste. Il est lui-même une victime expiatoire pour nos péchés, non seulement pour les nôtres, mais aussi pour ceux du monde entier ».

Dans 1 Jean 4:10, l'apôtre Jean insiste sur le fait que Christ est devenu victime expiatoire non à cause de l'amour que nous avions pour Dieu mais parce que Lui, Dieu, nous a aimés en premier. Et c'est grâce à Son amour immense pour nous qu'Il a envoyé Son Fils pour qu'Il Se sacrifie pour nos péchés : « Cet amour consiste, non point en ce que nous avons aimé Dieu, mais en ce qu’il nous a aimés et a envoyé son Fils comme victime expiatoire pour nos péchés. »

Bien que les termes propitiation ou victime expiatoire ou expiation ne fassent généralement pas partie de notre vocabulaire courant, ils expriment l'amour et la grâce infinies de notre Père céleste et de Son Fils Jésus-Christ qui ont pourvu un sacrifice permettant à nos péchés d'être pardonnés et nous permettant de recevoir le don du salut.

Si vous avez d'autres questions qui ne sont pas traitées dans le cadre de notre rubrique Questions et réponses bibliques, n'hésitez pas à nous les envoyer à info@eddam.org. Nos ministres chargés de la correspondance se feront un plaisir d'y répondre de leur mieux.

La Bible à propos de...