Quelle est la signification de la Fête des Pains sans levain pour les chrétiens aujourd’hui ?

Les épreuves et les souffrances auxquelles sont en proie les êtres humains sont causées par le péché, la transgression des lois divines, saintes, bonnes et bénéfiques. Jésus-Christ a accepté de donner Sa vie pour nous soustraire à l'amende encourue par tout péché. Son sacrifice représente la première étape dans le plan de Dieu pour sauver l'humanité du péché et de la mort, et il rend toutes les autres étapes possibles.

Mais comment Dieu veut-Il que nous réagissions face à ce sacrifice impressionnant et miséricordieux ? Serait-Il satisfait de nous avoir libérés de l’esclavage du péché (comme les Israélites qui avaient été esclaves en Égypte), pour nous voir nous remettre ensuite à transgresser sans vergogne Ses lois ? Ou préfèrerait-Il nous voir adopter Sa prise de position à l'égard du péché et – avec Son aide – lutter contre ce dernier comme Il le fait, l’évitant à tout prix ?

La Fête des Pains sans levain, qui a lieu immédiatement après la Pâque, nous enseigne comment honorer l'ultime sacrifice de notre Sauveur.

La délivrance de l’esclavage du péché

Après des années de dure servitude en Égypte, le peuple d’Israël éprouva une joie extrême de pouvoir quitter l’Égypte pendant la Fête des Pains sans levain. Dans la Bible, l’Égypte et son pharaon symbolisent le péché et Satan.

Pharaon, qui avait fini par laisser aller les Israélites, changea d'avis et se mit à leur poursuite. Il n'avait aucune envie de les voir partir – aucune envie qu'ils soient libres. Il les poursuivit jusqu'à la Mer Rouge. Satan, lui non plus, ne veut pas que nous échappions à son emprise. Israël était bien impuissant, face à la mer, et nous ne pouvons pas grand-chose, nous non plus. Notre force ne suffit pas. Sans Dieu, nous ne pouvons rien. 

Mais Dieu donna à Israël un moyen d’échapper. Par une traversée... de la Mer Rouge ! Et il en va de même pour nous, à qui Dieu offre une issue de secours miraculeuse. Comme l'a expliqué l’apôtre Paul, la traversée de la Mer Rouge symbolisait le baptême, amorce du processus de conversion rendu possible par l’aide de Dieu (I Corinthiens 10:1-4).

Ce que le levain symbolise

La Fête des Pains sans Levain tire son nom de la nécessité d'éliminer tout levain (ou levure, ou produit levé) de nos demeures et de manger des pains sans levain pendant ces sept jours (Exode 12:15). Pendant cette période, le levain symbolise le péché.

Le levain est un ingrédient qui produit une fermentation ou un processus chimique permettant à la pâte de lever. Le levain inclut la levure et les agents chimiques levants, comme la levure chimique, le bicarbonate de soude et le bicarbonate de potassium. Les aliments levés peuvent inclure le pain, les biscuits, les gâteaux et certains crackers, céréales et tartes qui contiennent une levure quelconque.

Tel le levain, qui fait lever ou gonfler  ou enfler, le péché lui aussi fait enfler et est synonyme d'orgueil. Dans la Bible, les péchés que sont la malice, la méchanceté, l’hypocrisie et les faux enseignements – entre autres – (I Corinthiens 5:8; Luc 12:1; Matthieu 16:11-12) représentent un véritable « levain » spirituel.

La levure – le levain – se répand et s’infiltre quasiment « incognito» dans la pâte. Paul utilise notamment cette caractéristique pour évoquer le danger d'un péché qui, apparemment, existait dans l’Église de Dieu à Corinthe, probablement pendant la Fête des Pains sans levain. Il écrit en effet : « Il n’y a pas de quoi être fiers ! Ne savez-vous pas qu’un peu de levain fait lever toute la pâte ? Purifiez-vous du vieux levain pour être une pâte nouvelle, puisque vous êtes sans levain ; car le Christ, notre Pâque, a été sacrifié » (I Corinthiens 5:6-7).

Ôter le levain de nos demeures  nous donne une leçon pratique sur les efforts à fournir pour éliminer le péché de nos vies. Le levain est difficile à trouver, et parfois même à identifier. Parallèlement, il n'est guère facile de s'examiner à fond à la recherche du péché, de se repentir et de rechercher l’aide de Dieu pour éliminer ce type de levain.

Ôter le mal; le remplacer par le bien

Non seulement nous devons éliminer le péché, mais nous devons aussi le remplacer par des pensées pures et de bonnes actions.

Paul déclare encore, dans son épître, « Célébrons donc la fête, non pas avec du vieux levain, ni avec un levain de malfaisance et de méchanceté, mais avec les pains sans levain de la sincérité et de la vérité » (I Corinthiens 5:8).

La déclaration très claire de Paul aux chrétiens de la ville de Corinthe  « Célébrons donc la fête, » devrait suffire à faire taire les critiques selon lesquelles cette fête merveilleuse et pleine de sens serait démodée et réservée aux Juifs. Il montre aussi clairement le besoin d’extraire le mal (la malice et la méchanceté) de nos vies et de le remplacer par le bien (la sincérité et la vérité).

Mais bien que notre réaction au péché soit un repentir sincère et profond accompagné d'un vif désir de ne plus pécher, nous découvrons rapidement qu'une telle purification est bien au-delà de nos forces (II Corinthiens 7:10-11; Jean 8:11; Romains 7:23-25). Nous avons désespérément besoin de l’aide de Dieu.

La fête des Pains sans levain nous rappelle que le fait de nous soumettre à notre Libérateur est la seule réaction juste au sacrifice miséricordieux de Jésus Christ. Nous ne sommes pas sauvés par de bonnes œuvres, bien que nous ayons « été créés en Jésus–Christ pour des œuvres bonnes » (Éphésiens 2:10). Le chrétien reconnaissant et pardonné recherche l'aide divine afin de ne pas sombrer à nouveau dans l’esclavage du péché.

L’étape suivante dans le plan de salut de Dieu est représentée par la Fête de la Pentecôte.

Pour connaître les dates des Fêtes de Dieu selon le calendrier romain actuel, consultez le Calendrier des jours Saints.

Si certaines de vos questions ne s'inscrivent pas dans le cadre de nos Questions et réponses bibliques, n’hésitez pas à nous les envoyer à info@eddam.org. Nos ministres chargés du courrier se feront un plaisir d'y répondre de leur mieux.

La vérité sur ...