Qui était Melchisédek ?

On nous demande souvent qui était Melchisédek – le personnage mentionné dans le 14e chapitre de la Genèse. Après qu'Abraham eut livré bataille pour délivrer son neveu Lot qui avait été fait prisonnier, il est écrit, dans Genèse 14:18, que Melchisédek vint à sa rencontre. Il est dit à son sujet qu'il était « roi de Salem » et « sacrificateur du Dieu Très-Haut ». Et c'est à lui qu'Abraham remit la dîme (soit 10 %) du butin qu'il avait acquis à la suite de cette bataille.

« Selon l'ordre de Melchisédek »

Melchisédek est de nouveau mentionné dans Psaumes 110:4, mais aucune précision n'est apportée quant à son identité jusqu'à la rédaction de l'Épître aux Hébreux. Et dans cette dernière, il est écrit que Jésus-Christ est « sacrificateur pour toujours, selon l’ordre de Melchisédek [...] Dieu l’ayant déclaré souverain sacrificateur selon l’ordre de Melchisédek » (Hébreux 5:6, 10). Cette précision est importante car elle établit le lien entre Christ et Melchisédek.

Au 7e chapitre de la même épître, d'autres précisions sont apportées quant à l'identité de Melchisédek. Il est écrit, au verset 2, que son nom signifie « roi de justice », et que son titre de « roi de Salem » équivaut à celui de « roi de paix ». Il est très difficile d'attribuer ces termes à un être humain; en effet, il est écrit dans Romains 3:10 qu'aucun être humain n'est juste et, au verset 23 du même chapitre, que tous les êtres humains ont péché. De ce fait, il est fort douteux que Dieu ait appelé un être humain « roi de justice ».

La même remarque s'applique au titre « roi de paix ». Le prophète Ésaïe identifie ce « roi de paix »; il s'agit du Messie ! (Ésaïe 9:5), et dans Romains 3:17, il est écrit qu'aucun homme ne connait le chemin de la paix. Il existe, certes, des gens paisibles ou pacifiques, mais aucun être humain n'a les moyens de connaître le chemin de la paix universelle. Il n'y a que le Prince de la paix –  un dirigeant ayant la sagesse et le pouvoir d'établir et de maintenir la paix universelle – qui le puisse.

« Sans père, sans mère... »

Le dernier élément du puzzle que nous devons examiner se trouve dans Hébreux 7:3. Il y est en effet précisé que ce Melchisédek était « sans père, sans mère, sans généalogie, [...] n’a ni commencement de jours ni fin de vie, — mais [...] est rendu semblable au Fils de Dieu, — ce Melchisédek demeure sacrificateur à perpétuité ». Cette description ne pourrait en aucun cas s'appliquer à un être humain. Tout être humain a un père et une mère. Nos jours ont débuté à un moment donné, et ils s'achèveront un jour quand nous mourrons.

Melchisédek est décrit comme ayant une existence éternelle. D'après le 1er chapitre de l'Évangile de Jean, il y a deux Êtres qui sont éternels : Dieu le Père, et Celui qui devint le Christ (Jean 1:1, 14).

Un certain nombre d'érudits reconnaissent que Melchisédek était une préfiguration du Christ, mais ils ne sont pas disposés à admettre qu'Il était, en fait, le Christ pré-incarné – Celui qui allait devenir le Christ. Ils se basent sur l'expression « qui est rendu semblable au Fils de Dieu » et prétendent qu'« être rendu semblable » n'équivaut pas à « être ».

Or, ce qui est écrit dans l’Épitre aux Hébreux est aussi techniquement exact. Si l'on en conclut que Melchisédek était effectivement Celui qui, bien des siècles plus tard, allait venir sur terre sous les traits physiques de Jésus-Christ, alors on comprend que du temps d'Abraham, Il était « comme » le Fils de Dieu, parce qu'Il ne l'était pas encore devenu. L'auteur de l'Épître aux Hébreux rédigea sa lettre, conscient de son époque et du cours de l'histoire, sachant que Celui qui apparut à Abraham sous les traits de Melchisédek n'avait pas encore paru en tant que le Messie – ce qu'Il ferait quelque 2 000 ans plus tard. Paul fait allusion au passé, au présent, et à l'avenir, quand il déclare que « ce Melchisédek demeure [temps présent] sacrificateur à perpétuité » (Hébreux 7:1-3). Ce Melchisédek est toujours – et sera toujours – notre Souverain Sacrificateur.

Par conséquent, d'après la Bible, Melchisédek n'était autre que l'Être qui allait, bien des siècles plus tard, devenir homme en la personne de Jésus-Christ. Christ est aussi décrit en termes similaires dans Apocalypse 1:11-13, 14:14.

Si vous avez d'autres questions qui ne sont pas traitées dans le cadre de notre rubrique Questions et réponses bibliques, n'hésitez pas à nous les envoyer à info@eddam.org. Nos ministres chargés de la correspondance se feront un plaisir d'y répondre de leur mieux.

La Bible à propos de...